Jean-Luc Pouteau

Meilleur Sommelier de France 1976 et du Monde 1983

jean-luc-pouteau-meilleur-sommelier
“Il faut qu’il y ait une refonte du métier et du titre de sommelier. Aujourd’hui, n’importe qui peut prétendre être sommelier ! J’étais dans un restaurant il y a 8 jours, et j’ai dû montrer au sommelier comment l’on ouvre une bouteille de champagne, car il ne savait pas le faire ! De plus, le sommelier en question ne vendait pas les vins que son patron achetait, il conseillait plutôt les vins de domaines avec lesquels il est ami ! Je n’appelle pas cela un sommelier. Sommelier est un mot magique, il faut redescendre sur terre et ne pas oublier que l’on est au service du chef.”
Jean-Luc Pouteau (meilleur sommelier du monde 1983)

1945

Jean-Luc Pouteau est né en 1945 à Mayenne.
A ses débuts, personne, même pas Jean-Luc Pouteau ne savait qu’il se prédestinait à devenir un nom dans le domaine de la sommellerie.
Sa formation professionnelle initiale était dans un tout autre domaine. Sorti pâtissier de l’école hôtelière de Paris dans le 17ème, il exercera dans différentes maisons dont Serge à La Rochelle et à la meilleure pâtisserie de Rennes, la Maison Gaudissard.
Jean-Luc fut mobilisé à Brest pour son service militaire. Enrôlé dans la marine, c’est pendant cette année Bretonne qui’ rencontrera la fille d’un vigneron, aujourd’hui sa femme, qui lui fera découvrir le Cabernet d’Anjou. Il s’agit du domaine Matignon à Martigné Briand.
C’est de là que sa passion pour le vin a débuté. Sa découverte de ce milieu s’est faite sur le tas. C’est donc en autodidacte, en rencontrant les vignerons et en faisant le tour de France qu’il parfait ses connaissances des différentes appellations.
Après son service militaire, il est embauché comme Maitre d’Hôtel dans une auberge angevine. Mais avec des connaissances œnologiques limitées, son patron I‘envoie faire la tournée des fournisseurs viticoles. II y prend goût et en passionné et acharné de travail, il profite de ses jours de congés pour approfondir sa connaissance des crus régionaux : Chinon, Bourgueil, Saumur.

1972

C’est donc en 1972 qu’il décide de s’inscrire au concours des Meilleurs Sommeliers de France.
Il voulait confronter ses connaissances et se mesurer lors d’un concours. II arrive premier de l‘épreuve régionale mais dernier en finale â Paris.
Au lieu de baisser les bras, iI s’acharne au travail et complète ses compétences dans les autres régions vinicoles. Méthodiquement, il révise étape par étape, les épreuves du concours et en particulier les épreuves qui lui ont fait défaut quelques années avant à Paris.
Il s’entraîne avec sa femme Maddy, et est coaché par Yves Carrioux du comité des vins et grand professionnel des vins d’Anjou. Il n’y avait pas beaucoup de livres à cette époque et encore moins d’internet. L’accompagnement et le savoir faire humains étaient donc primordiaux.

1974

Il se représente en 1974 au concours de Meilleur Sommelier de France. Il termine au pied du podium, il est 4éme de la finale nationale.
La progression en deux ans est considérable. Mais pas suffisante. Alors il continue à travailler et à apprendre.

1976

Et en 1976, à 31 ans il finit à la première place du concours, il est alors reconnu comme le Meilleur Sommelier de France.
Sa jeune notoriété s’ébruite et le fait connaitre et reconnaître. Il est alors embauché comme sommelier dans des établissements parisiens prestigieux tel que La Marée ou pour le groupe Lenôtre au Pavillon de l’Elysée ou Le Pré Catelan. II y perfectionne sa connaissance des vins étrangers.

1983

En 1983 Ie concours du meilleur sommelier devient mondial, il y représente la France.
Parmi 37 candidats, il sera reconnu comme Ie meilleur.
Il est alors très demandé et est très pris par son activité de dégustateur, de conseil et de formation. Il est expert pour de nombreuses marques ou entreprises. Tel que le groupe Metro, Macro en Belgique et en Autriche, les magasins Leclerc, compagnie Air Afrique.

1987

En 1987, il créé sa propre cave à Franconville dans le Val d’Oise. Il conserve son activité de conseil également.

1998

C’est en 1998 que son fils, Jean-Christophe le rejoint également passionné par l’histoire du vin.

2009

En 2009 après 11 ans de collaboration en famille, il transmet officiellement sa cave à ses enfants Laetitia et Jean-Christophe
Jean-Luc Pouteau parcourt Ie monde entier en formations, conférences, sélections et conseils.
Aujourd’hui, ils ne sont que 14 dans Ie monde à être honorés de ce titre.
La famille Pouteau ayant à coeur de démocratiser l’art du vin et de proposer des vins accessibles et de très bonne qualité, vous retrouverez l’intégralité de la cave tenue par Jean-Christophe et Laetitia ici

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0